Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler de foutebol…

Et je vais même vous parler de ce qui se fait de mieux en matière de foutebol puisque je vais vous parler de Coupe du Monde. Au cas où certain seraient arrivés en retard : l’Afrique du Sud va accueillir du 11 juin au 11 juillet prochains, la 19ème Coupe du Monde de Football de la FIFA.

En discutant un peu avec mes collègues à propos de la façon dont les choses allaient se passer il m’est venu un doute… « Est-ce que tout le monde sait bien comment se déroule une Coupe du Monde ? »…non mais pétard ! Vous rigolez vous, mais je suis sûr qu’il y en a pas mal qui seraient bien mal à l’aise si on les passait à la question…

Alors dans sa grande mansuétude et son infinie bienveillance, la rédaction de PourTon.Info vous propose une petite remise à niveau avant d’attaquer les choses sérieuses. Une sorte de rattrapage de dernière minute pour que chacun puisse bien profiter de cet évènement et frimer un peu en faisant semblant de s’y connaître un max !

Comme d’habitude en matière de ballon rond c’est Bibi qui s’y colle ! Mais ce sera pour mon plus grand plaisir et, je l’espère, pour un peu du vôtre.

A la suite de ce petit « La Coupe du Monde pour les nuls », je vous présenterai les équipes afin que vous puissiez commencer à imaginer les scénarios épiques auxquels nous risquons être confrontés d’ici quelques jours. Mais j’anticipe…D’abord :

Comment ça se passe ?

Il faut avant tout savoir que la Coupe du Monde, à proprement parler, a débuté il y a bien longtemps ! Eh oui ! Cela faisait presque deux ans que les nations s’affrontaient pour savoir qui aurait le droit d’aller en Afrique du Sud pour disputer LA PHASE FINALE de la Coupe du Monde. L’évènement auquel nous allons assister cet été n’est en effet que le dernier chapitre d’un livre entier au cours duquel beaucoup de personnages que l’on croyait principaux sont déjà tombés : République Tchèque, Paraguay etc.

C’est par exemple lors de ces matchs, dits « de qualification », que la France a eu l’honneur de s’illustrer glorieusement par l’intermédiaire de son capitaine ou, plus précisément, de la main de son capitaine…Bref. Toute une organisation complexe de matchs qui ont permis de sélectionner les 32 nations qui ont rendez-vous en Afrique du Sud pour disputer la phase finale de l’épreuve.

Cette phase finale s’articule elle-même en deux parties distinctes.

Dans un premier temps, les 32 nations présentes sont réparties en 8 groupes de 4 équipes. Seuls les premiers et deuxièmes de chaque groupe seront autorisés à poursuivre la compétition, les autres pourront aller s’asseoir en tribune.

La formule utilisée pour établir le classement est très simple : chaque équipe du groupe doit rencontrer les trois autres. Dans ces confrontations, une victoire rapporte trois points, un match nul un point. La défaite, comme bien souvent, ne rapporte rien.

A partir des résultats obtenus, on établit le classement pour savoir qui continue et qui rentre chez lui.

Si vous m’avez suivi, vous avez à présent une certitude : toutes les équipes présentes en Afrique du Sud joueront au moins trois matchs puisqu’elles ont toutes trois adversaires dans leur groupe.

Les premier et deuxièmes de chaque groupe seront donc qualifiés pour la seconde étape de l’épreuve. Il s’agit sans conteste de la partie la plus excitante d’une Coupe du Monde. A partir de ce stade, tout se joue par « élimination directe », ce qui veut dire que, lorsque l’arbitre siffle la fin du match, l’équipe qui gagne continue l’aventure alors que les perdants sont définitivement éliminés.

En cas d’égalité à la fin du temps règlementaire (90 minutes…pour ceux qui découvrent le foutebol aujourd’hui…), les deux équipes jouent des prolongations. Si elles n’ont toujours pas réussi à se départager au terme de ces trente minutes supplémentaires, on procède alors à la mythique séance de tirs aux buts.

Vous l’aurez compris : le match à élimination directe exige que l’on détermine un vainqueur. Celui-ci est qualifié pour le tour suivant tandis que le perdant sort de la compétition.

Cette phase d’élimination directe commence, au sortir des groupes, par les huitièmes de finale. Viennent ensuite les quarts de finale, puis les demies finales et, ultime rencontre : la finale.

Si vous m’avez suivi, vous avez à présent deux nouvelles certitudes : le champion aura joué sept matchs. Il aura aussi, forcément, gagné ses quatre derniers

Finalement rien de bien sorcier si ? Comment ça vous n’avez rien compris !?