Aujourd’hui j’ai accompagné mon frère à l’aéroport de Genève car il part pour deux mois en Chine avec la compagnie Lufthansa.

Plusieurs aéroports étant fermés, à cause des cendres du volcan islandais , notre crainte n’était pas qu’il ne puisse pas faire le voyage Genève-Frankfurt, car le vol était confirmé, mais qu’à cause de l’escale de 3H00 le nuage de cendres soit sur la ville, que l’aéroport ferme et qu’il ne puisse pas faire le trajet Frankfurt-Shanghai. Dans ce cas, son départ serait reporté à mardi.

On était donc tous inquiets, se demandant comment il allait faire pendant tous ce temps là-bas, comment il allait faire pour dormir, se laver, etc…

Nous avons tous vu à la télévision les voyageurs bloqués dans les aéroports, traités plus mal que du bétail !

Les compagnies d’aviation ont oublié que nous étions avant tout des clients (des humains) avec des droits.

De ce fait, l’Italie a condamné la compagnie Ryanair à payer une amende de 3’000’000€, pour avoir violé dans 178 cas ses obligations légales d’assistance aux passagers en cas d’annulation de leur vol. C’est ce qu’a annoncé samedi l’Organisation Italienne de l’Aviation Civile (ENAC).

Ces 178 violations ont été commises entre le 17 et 22 avril, période au cours de laquelle des centaines de vols furent annulés en raison du nuage de cendres engendré par l’éruption du fameux volcan islandais.

Il faut savoir que cette condamnation pourrait créer un précédent, aussi bien pour les autres compagnies d’aviation, que dans les autres pays européens.

Dans un communiqué le directeur général de Ryanair, Michael O’Leary, avait précisé pour sa part que:

« la compagnie considérerait toutes les demandes des passagers en vue d’une demande de remboursement de dépenses raisonnables justifiées par un reçu », mais que ce remboursement « serait limité au prix initial du billet payé par chaque passager« .

Selon le patron de la compagnie, Ryanair ne ferait ainsi que se caler sur ce qui se passe pour « les passagers du train, des cars et des ferries » en de telles circonstances.

Il y aura donc des recours, des procès, encore des recours, cela va durer certainement plusieurs mois, voir des années.

Pendant ce temps, c’est nous, consommateurs, qui souffrons des lacunes des lois, alors qu’il serait tellement facile que l’Europe établisse des règles simples valables pour tout le monde.

Encore une fois l’Europe montre son utilité, et sa compétence à vider nos poches, heu… à trouver des solutions !!!

Vous vous en foutez certainement, mais ma famille me manque trop, vivement qu’ils reviennent (cf compteur).