buzz.computer.free.fr/

La langue française est une langue très riche, compliquée, avec une orthographe qui pose quelques problèmes à beaucoup d’entre nous.

Pour autant, c’est une langue que l’on apprécie, on peut donc comprendre que certaines personnes essayent de la protéger.

Il faut pourtant avouer que cette tentative devient ridicule quand elle va trop loin, et c’est le cas de Francomot, est une commission mise sur pied par Alain Joyandet, secrétaire d’État français chargé de la Coopération et de la francophonie.

Cette chose, car il faut avouer que c’est le mot qui définit le mieux Francomot, à un jury qui délibère sur le remplacement de certains anglicismes par des mots « français« .

On pourrait penser que l’idée est bonne, malheureusement elle a quelques problèmes qui la transforment en une vaste blague.

On pourrait diviser ces problèmes en trois catégories :

  1. Manque de réactivité.
  2. Manque d’imagination.
  3. Manque de concertation.

Commençons par le premier problème, le manque de réactivité.

Cette commission décide de se pencher sur le problème que peuvent poser certains mots que plusieurs mois, voir plusieurs années (comme pour le mot Tunning) après qu’ils soient rentrés dans le langage courant.

En toute franchise, après avoir parlé pendant plusieurs années de Tunning, ou encore de smartphone, qui va dire une phrase du genre:

J’ai parlé du bolidage de ma voiture avec un ami depuis mon ordiphone, il a montré les photos sur facebook et après avoir éblablaté cela a créé un vrai ramdam sur la toile, j’ai même reçu une infolettre du forum de bolidage qui annonçait à tout le monde la nouvelle.

Sérieusement, ce n’est pas réaliste, on est bien trop habitué à utiliser des mots qui sont maintenant entrés dans le langage courant, sans compter que les mots de remplacement sont, disons-le franchement, RIDICULES !

J’en viens justement à mon deuxième point, le manque d’imagination.

C’est là que les choses se corsent, ceux qui proposent les mots de remplacement n’ont absolument aucune imagination.

Il invente des mots de toute pièce qui font plus sourire qu’autre chose et qui ont le plus souvent des racines très éloignées du mot qu’ils sont sensés remplacer.

Prenons pour exemple bolidage qui doit remplacer tunning, qui a comme racine le mot bolide dont la définition est la suivante:

  • Nom masculin: Voiture très rapide

Le tuning n’est pas à proprement parlé la conception de voiture très rapide, mais bel et bien la personnalisation d’un véhicule.

Il y a d’ailleurs des voitures bolidées qui gardent leurs performances d’origine.

Il pourrait donc y avoir une réelle recherche pour trouver un mot qui correspond vraiment à celui qu’il doit remplacé.

Les Canadiens ont très bien réussi en remplaçant chat par bavardage, et non pas par éblabla qui franchement donne envie de rire.

Ce qui me fait arriver au troisième point, pourquoi n’y a-t-il pas concertation entre les pays francophones pour établir ensemble des substitues pour les anglicismes ?

Le Canada qui réagit le plus souvent plus rapide a déjà des listes de mots établies (et bien plus réaliste que les listes françaises), pourquoi ne pas se servir de ces mots afin que l’on soit tous sur les mêmes bases de travail ?

Peut-être que l’impact sera bien plus fort si tous les pays francophones se concertent.

En attendant, pourton.info va continuer à utiliser les bons vieux anglicismes que tout le monde connait, notre réaction va peut-être créer un buzz … mais on ne demande que ça !