Lors du lancement de l’iPhone en France (27 novembre 2007), Orange avait été choisit comme distributeur exclusif par Apple et ceci pour une période de 5 ans.

Fin novembre 2007, Bouygues porte plainte contre Apple auprès du conseil de la concurrence, remettant en cause son contrat avec Orange.

Pendant ce temps, Phone House tentai de vendre des Iphones avec des abonnements SFR et Bouygues en s’approvisionnant via le marché gris, mais il faut l’avouer les offres n’étaient pas extraordinaire.

En 2008, la seule parade trouvée par Bouygues et SFR c’est de subventionner l’achat d’un iPhone par ses clients. Cette subvention est appliquée au cas par cas en fonction de l’engagement et de l’ancienneté du client. De plus, l’iPhone est acheté chez Phone House, car ils n’ont toujours pas d’accord avec Apple.

Le mercredi 17 décembre 2008, la justice rend son verdict, et donne raison à Bouygues et SFR avec effet immédiat. Malheureusement pour eux il est trop tard et Apple ne leur livra pas de téléphone pour les périodes de fin d’année, ils sont donc toujours contraints de ce fournir chez Phone House.

Orange fera appel et il faudra donc attendre février 2009 pour que la Cour d’appel de Paris confirme le verdict.

La boucle est bouclée, la messe est dite, heu pas vraiment. En effet mardi, la Cour de cassation a cassé le verdict, mais pourquoi ?

La Cour de cassation a estimé que la décision de casser l’exclusivité liant Orange à l’iPhone d’Apple n’avait pas été suffisamment motivée par la Cour d’appel de Paris.

« Cet arrêt permet de redonner sa place aux exclusivités, compte tenu de leur caractère incitatif en matière d’investissement et d’innovation », s’est félicité mardi un porte-parole d’Orange, interrogé par l’AFP.

Orange semble décidé à renoncer à cette nouvelle étape judiciaire, et de ce fait modalités de commercialisation de l’iPhone, désormais présent chez les principaux opérateurs, ne devraient toutefois pas évoluer.

Néanmoins, la porte reste ouverte à un nouveau feuilleton judiciaire, qui j’espère n’aura pas lieu.

En effet, les seuls perdants de cette histoire cela va être vous et moi qui encore une fois serons pris en otage sans pouvoir rien faire, car il faut l’avouer cette concurrence est saine pour notre porte-monnaie.