ubs l’UBS, est je pense une des banques suisses les plus connue au monde. Cette banque a presque fait faillite en 2008.

Si elle a pu éviter cette catastrophe, c’est grâce à un fond souverain de Singapour (GIC) qui a pris le contrôle de 9,54% de la banque contre 13 milliards de francs suisses (voir ici ) et surtout à la Confédération suisse qui lui a prêté 60 milliards de dollars (voir ici).

Néanmoins, cela ne l’empêche pas de nous faire des prévisions pour 2010 dans son dernier guide stratégique de l’investissement de ce qui va arriver, ce qui devrait arriver et ce qui n’arrivera pas.

Ce qui va arriver:

1- La reprise continuera de progresser : Même si des faiblesses systémiques continuent de jouer contre la reprise, des forces cycliques commenceront à nourrir une expansion durable.

2- Les marchés financiers se normaliseront : Les risques demeurent élevés et les investisseurs continuent d’être craintifs, mais la volatilité commence à s’essouffler et une certaine stabilité apparaît.

3- Des menaces géopolitiques : Le monde est toujours un endroit dangereux et la possibilité que l’on voie une menace importante naître d’un endroit chaud quelque part sur la planète est de plus en plus probable.

4- La réforme de la santé américaine passera : Même si le débat continue de faire rage sur le sujet, la réforme Obama du système de santé sera finalement acceptée.

5- Les taxes monteront aux États-Unis : Le président Obama va dévoiler son budget en février et il devra faire face au déficit. On s’attend à des hausses de taxes.

Ce qui pourrait arriver:

1- La Fed restera immobile : Ben Bernanke a été prévenu des risques d’un retrait prématuré de la politique monétaire expansionniste et, même si la Fed devra éventuellement normaliser sa politique, il devrait probablement retenir ses taux jusqu’en 2011.

2- Le billet vert aura la mine basse : Le dollar américain, tant que les taux d’intérêt demeureront bas, devrait rester faible durant l’année 2010.

3- L’immobilier commercial pourrait atteindre des niveaux de crise : L’éclatement de la bulle immobilière a amené des pertes énormes aux États-Unis. Alors que l’immobilier résidentiel semble se remettre, son pendant commercial continue de se détériorer. Rappelons que les mauvais payeurs de ce type d’hypothèques sont souvent des entrepreneurs pris à la gorge par la récession.

4- Un programme de stimulation supplémentaire pourrait être voté : Aux États-Unis, le Congrès pourrait choisir de voter pour des mesures de stimulation économiques supplémentaires afin d’encourager la création d’emploi.

5- Une bulle dans les actifs risqués menée par les liquidités pourrait apparaître : Les banques devraient recommencer à prêter davantage et beaucoup de liquidités seront déployés dans le marché. Bien que le rallye actuellement observé dans les actifs risqués ait été mené par des facteurs fondamentaux, UBS craint que cet apport de liquidité amène le gonflement d’une bulle.

Ce qui n’arrivera pas:

1- L’inflation ne sera pas un problème : Les inquiétudes reliées à une hausse de l’inflation poussée par le déficit sont prématurées, même si des injections monétaires massives ont par le passé causé ce genre de conséquences.

2- Le dollar américain ne s’effondrera pas : le billet vert, bien qu’il demeurera bas, ne sera pas immédiatement remplacé comme monnaie d’échange internationale.

3- Les démocrates ne perdront pas le contrôle du Congrès : Même avec les défaites électorales enregistrées durant l’année, les démocrates ne devraient pas perdre le Congrès. D’autres sièges pourraient être perdus dans les deux chambres, mais leur majorité ne disparaîtra pas.

4- Une guerre commerciale ne se déclenchera pas : Il n’y aura pas de guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis. Des modifications pourraient être apportées à la politique commerciale américaine, afin de combler le déficit, mais la situation ne devrait pas trop se détériorer.

5- Une crise de crédit municipale ne se développera pas : Des conditions budgétaires difficiles devraient perdurer durant quelque temps encore et éroder la qualité du crédit de certaines villes. Toutefois, les municipalités devraient continuer à être capables de rembourser leurs dettes.

_________________________

A la lecture de leurs prédictions, on voit que pour la plupart ils ne se mouillent pas trop, comme par exemple le point N° 3 « Des menaces géopolitiques… » ceci est valable depuis la nuit des temps, et hélas cela sera vrai encore longtemps.

J’avoue donc être déçu, et ce rapport n’apporte rien de spécial. J’aurais aimé voir des choses plus pertinentes, comme la croissance réelle en Europe pour 2010.

Je vais donc me lancer à mon tour dans une prédiction, pour moi la croissance réelle en Europe sera pour 2010 -3.43% et pour 2011 -1.88%.

Comment j’arrive à ces chiffres, alors que tous vos journaux préférés parlent d’une croissance positive…

C’est très simple, j’ai parlé de croissance réelle, et si effectivement les estimations du PIB européen se confirment pour 2010 (+0.7%) et 2011 (+1.6%), il ne faut pas oublier qu’en 2009 il a été de -4.1% et que de ce fait nous avons encore du travail à faire pour nous retrouver au niveau de 2008.